Le comité de soutien aux travailleurs de Cevital dénonce une politique de deux poids de mesure dans l’affaire dite « Cevital-port de Béjaïa ». Il avance des preuves quant à la réception par le groupe Kouninef d’équipement pour l’installation d’usine de trituration des graines oléagineuses à Djendjen, alors que le projet, identique, de Cevital est toujours bloqué par le gouvernement.

«Le bateau ayant transporté cet équipement est le Da Cai Yun. Il est venu de Chine », précise le Comité de soutien, ajoutant que «le matériel de trituration a été déchargé au quai GC/1 du port de Djendjen le 18 novembre».

«C’est une politique des deux poids de mesure», dénonce-t-il après avoir expliqué que le matériel reçu par le groupe Kouninef avec toutes les facilitations, est le même que les autorités interdisent à Cevital de recevoir au port de Béjaïa.

«Depuis mars dernier, les navires transportant les équipements destinés à l’usine de trituration de graines oléagineuses de Cevital à Béjaïa, qui sera implantée à l’extérieur du port, sont empêchés d’accoster et de décharger. Il est clair aujourd’hui qu’il n’y a aucune base légale ni réglementaire qui justifie les abus outrageants dont se rend régulièrement coupable le DG du port de Béjaïa».

Rappelons qu’une délégation composée de membres de ce comité s’est déplacée récemment au siège du premier ministère pour remettre un dossier complet sur l’affaire du blocage de l’usine de trituration de graines oléagineuses de Cevital Béjaïa et solliciter une audience au premier ministre.  En parallèle, il a été décidé de maintenir et d’élargir la mobilisation et d’organiser une marche de la dignité d’un million de personnes le jeudi 11 janvier 2018 à Tizi Ouzou.

M.M.

Notez cet article