Les médecins menacent de boycotter les examens de fin d'année du secteur de l'éducation si jamais leur situation n'est régularisée d'ici là. Il s'agit de l'octroi par les autorités d'une indemnité en contrepartie du travail effectué.

Jusque-là, les "blouses blanches" sont réquisitionnées durant les examens du secteur de l'éducation (5e, BEM et Bac) et les rendez-vous électoraux sans être rémunérés. "Il faut savoir qu'à l'occasion de chaque examens de fin d'année du secteur de l'éducation, comme c'est le cas pour chaque rendez-vous électoral, les médecins assurent la couverture médicale.

Advertisement

Et nous faisant cela par le biais des réquisitions. Tous les corps, de l'éducation à la sécurité, perçoivent une indemnité pour le travail effectué et bénéficient d'un repos. Sauf pour le secteur de la santé", a déclaré, sur une chaine de télévision privée, Lyes Merabet, Président du Syndicat national des praticiens de la santé public (SNPSP). Hocine Djerim, président du bureau régional des praticiens de la santé public, est allé encore plus loin en affirmant que "tous les autres personnels réquisitionnés durant les élections trouvent leurs noms dans un organigramme donné, sauf le médecin qui n'est inscrit nulle part".

"De ce fait, il n'a même pas droit à une boite de déjeuner comme tous les autres", a-t-il ajouté. Cela fait dix ans que les médecins réclament la régularisation de cette "injustice", rappelle Merabet. Et à chaque fois des promesses sont exprimées en début de l'année sans qu'elles ne soient concrétisées par la suite. A cet effet, le président du SNPSP annonce que cette fois-ci "s'il n'y a pas de solution, les médecins boycotteront les prochains examens de fin d'année et ce à l'échelle nationale".

Elyas Nour