« Je soutiens la dictature qui me permet de sauvegarder mes valeurs. Je suis avec cette dictature qui sauvegarde lokhére » (traduction littérale : qui sauvegarde le machin). Ce sont les propos d’une jeune femme qui a répondu à l’invitation du panel de Karim Younes. On est en présence d’un exemple de cette partie infime de la population qui, en tombant dans le piège de la Badissiya – Novombrya, soutient la feuille de route du régime pour imposer un modèle social obsolète et dépassé.  

Les jeunes qui ont accepté de répondre à l’invitation du panel ce dimanche ont été mis sous les feux des projecteurs. Face aux caméras des chaines de télévision faisant actuellement le marketing de la feuille de route du régime, ils ont expliqué le pourquoi de leur soutien à la feuille de route de l’état-major de l’armée et de la présidence. En tout cas, ce que vous allez voir et entendre relève de la propagande !

La séquence diffusée par EL Bilad montre un groupe de jeune tenant un discours manquant cruellement de consistance et de clarté. Parmi eux, une jeune femme qui est venue défendre la « dictature ». Elle ne sait, sans doute, pas que le terme « dictature » est péjoratif ! Si elle avait consulté un moteur de recherche ou un dictionnaire avant de s’exprimer devant une caméra, elle aurait su qu’une dictature c’est le pire des systèmes d’organisation qui soit.

Dans son énoncé, elle dit : « Quand on marche dans la rue, on ne reconnait plus l’homme de la femme. Où va-t-on comme ça ? La liberté nous a causé du tort et c’est pour ça que je suis avec la dictature qui me permet de sauvegarder mes valeurs. Je suis avec cette dictature qui sauvegarde « lokhére » (traduction littérale : qui sauvegarde le machin). Ce discours surréaliste a été suivi d’un toner d’applaudissements !

Les deux ou trois rencontres que le panel de Karim Younes a pu organiser sont riches en enseignements. Cette instance a été rejetée par les personnalités les plus crédibles, et désertée par celles qui se sont rendu compte de la supercherie.

Celles qui y siègent actuellement sont contestées par la population. Parmi elles, il y a des opportunistes qui cherchent à se positionner et d’autres qui trouvent leur compte du point de vue idéologique, car le panel semble fonctionner selon la matrice Baddissiya – novemriya ! un réceptacle idéologique qui regroupe tous les haineux de la société.