région du Sahel

Le rapport du Fund for Peace, un groupe de réflexion américain, indique que 11 pays d’Afrique figurent parmi les 15 États les plus fragiles du monde.

La région du Sahel et du Sahara suscite beaucoup d’inquiétude, notamment en ce qui concerne les craintes liées à l’expansion des groupes terroristes du Mali vers les pays voisins tels que le Niger, l’Algérie, le Tchad et le Burkina Faso.

Selon le rapport, la réflexion de la France sur le retrait ou la réduction de ses forces de la région contribuera à accroître la tension et à imposer le contrôle des organisations terroristes sur la réalité.

Après les coups d’État militaires au Mali, au Tchad et en Guinée, les attentes dans la région du Sahel sont toujours très sombres pour cette région en ce qui concerne la stabilité des régimes au pouvoir, selon le rapport.

Lorsque, ajoute le rapport, les conflits au Sahel et dans d’autres régions d’Afrique sont susceptibles d’exacerber les problèmes liés à la sécurité hydrique et alimentaire, au chômage, à la pauvreté, au crime organisé, à la répression et aux personnes déplacées à l’intérieur du pays.

Aujourd’hui, jeudi, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé la disponibilité permanente de l’Algérie à accompagner les frères maliens sur la voie de l’instauration de la sécurité et de la paix et de l’appui au processus démocratique.

La déclaration du président Tebboune est intervenue lors de sa rencontre avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République du Mali, Abdellaoui Diop, selon ce qui a été rapporté par la Présidence de la République.

Abdellaoui Diop portait un message du chef de la phase de transition de l’Etat du Mali.

La rencontre, à laquelle ont participé une délégation de responsables financiers, le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra et le directeur du cabinet présidentiel Abdelaziz Khalaf, a permis à Tebboune d’être informé des solutions proposées dans le domaine financier pour sortir de la crise actuelle.