Les gestionnaires des nouveaux moyens de transport lancés dans la capitale ces derniers temps font face quotidiennement à d’énormes problèmes, liés au manque de civisme de certains citoyens ainsi qu’à un manque de vision de la part des responsables de ces mêmes entreprises. C’est le cas du nouveau téléphérique reliant Oued Koreich à Bouzaréah, mis en service le 16 septembre dernier.

Le téléphérique entre Oued Koriche et Bouzaréah a dû être arrêté plusieurs fois à cause d’actes d’incivilité. Selon l’agence officielle APS, les employés ont été obligés de contrôler toute la ligne après que des citoyens aient bloqué les portes de certaines télécabines. Une de ces dernières a même été endommagée suite à des jets de pierres. Des faits, indiquent les responsables du téléphérique, qui se produisent souvent après 17 h.

Malgré cela, le nouveau téléphérique semble avoir déjà conquis le cœur des Algérois. En une semaine, 8 000 passagers l’ont emprunté. Il faut dire que le téléphérique relie Oued Koriche à Bouzaréah en quelques minutes seulement, alors qu’il faut compter une heure en voiture, bus ou taxi, ce à cause des encombrements.

Par ailleurs, l’ENTMV (entreprise de transport maritime des voyageurs), qui gère le ferry reliant le port d’Ain Benian à la Pêcherie d’Alger, n’a pas encore communiqué les nouveaux horaires. Mis en service durant l’été, ce ferry, d’une capacité de 340 places, devait s’adapter à la rentrée scolaire afin de transporter les habitants d’Ain Benian) qui travaillent à Alger. Mais, pour l’heure, le ferry garde ses horaires d’été. Selon nos informations, la raison est liée au contrat signé entre l’ENTMV et le propriétaire italien du ferry. Selon les termes du contrat, l’équipage devait travailler 8 heures par jour. Or, l’ENTMV voulait programmer le premier départ à 6 h du matin, ce qui correspondait à une durée de travail supérieure à 8 heures. L’équipage a rejeté le planning envisagé par l’ENTMV, qui a donc été forcé de maintenir les horaires initiaux (premier départ à 9 h).

Elyas Nour