L’orientation que va prendre la nouvelle configuration du secteur public industriel marchand vient d’être dévoilée par le ministre du secteur, Abdessalem Bouchouareb.

Mis en place lundi dernier, les douze groupes industriels, supplantant les désormais défuntes Sociétés de gestion des participations de l’Etat (SGP), seront orientés vers les filières dont l’Algérie accuse un déficit criant de production et, du coup, elle en importe les produits à tout va. C’est, du moins ce qu’a indiqué ce jeudi 26 février le ministre de l’Industrie et des Mines sur les ondes de la Radio national, cité par l’APS.

L’objectif affiché étant d’encourager la production nationale au détriment de l’importation de ces marchandises qui pèse lourd sur le budget de l’Etat, les filières sidérurgiques, métallurgiques, mécaniques ainsi que l’industrie manufacturières seront ainsi privilégiées dans le cadre de cette nouvelle stratégie de relance. L’affectation faite par les pouvoirs publics semble leur être imposée par la facture d’importation salée des produits issues de ces filière, étant donné que leur coût en monnaie forte, comme l’a si bien souligné le ministre, avoisine les « 30 milliards de dollars » annuellement.

D’après le ministre, cette nouvelle stratégie de relance industrielle a été élaborée sur la base d’une étude ayant permis de faire la nomenclature des produits importés au cours des quinze dernières années et ayant impacté négativement, de manière considérable, notre balance commerciale. Il en ressort que l’industrie manufacturière nationale « ne couvre que 20% seulement des besoins du pays », a indiqué Bouchouareb.

S’agissant de la mise en oeuvre de cette stratégie, le ministre a annoncé des partenariats entre les groupes sus-cités et des entreprises étrangères à même de permettre le transfert de technologie et du savoir-faire. A ce sujet, M. Bouchouareb a annoncé le lancement des travaux de réalisation de 23 parcs industriels, parmi les 42 envisagés, à la fin mars prochain et dont la réception est prévue pour à fin 2015. En septembre 2015 sera entamée aussi la réalisation d’une seconde série de projets similaires. Ces derniers seront réceptionnés en mars 2016, a encore déclaré M. Bouchareb, qui a affirmé que « la priorité de l’accès à ces assiettes foncières sera accordée aux investissements dans les filières identifiées » .