Oubliés les scandales et les soupçons de corruption. Sonatrach et la société italienne ENI ont signé un nouvel accord de coopération.

Il s’agit d’accords de partenariat permettant « la poursuite de l’exploitation conjointe de gisements d’hydrocarbures et la réalisation de travaux additionnels pour augmenter les réserves récupérables d’hydrocarbures », a précisé un communiqué de la compagnie nationale Sonatrach. La signature de ces accords « s’inscrit dans le cadre de la coopération continue qui caractérise les excellentes relations entre Sonatrach et Eni, qui confirment leur volonté de conforter leur partenariat historique », note le communiqué.

La Sonatrach et ENI n’en disent pas plus. Dans le passé, ces deux compagnies ont largement travaillé ensemble. Une collaboration qui a souvent débouché sur des scandales de corruption. Le plus célèbre  est sans doute celui dans lequel la compagnie italienne est soupçonnée d’avoir surfacturé des marchés conclus avec son partenaire algérien. La justice italienne, puis algérienne, ont ouvert des enquêtes dans lesquelles sont cités de hauts responsables dont l’ancien ministre de l’Energie, Chakib Khelil.

Rania A.

Article précédentEntreprises/ Le «Trophée Export» 2016 décerné à Faderco SPA  
Article suivantCrise diplomatique du Golfe/ Requête saugrenue du député islamiste Hassan Aribi