Index mondial de la globalisation/L’Algérie absente du classement des pays les plus ouverts sur le monde

0
Advertisement

L’École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) a publié le 4 mars dernier un indice mondial de la globalisation. L’EPFZ a établi une liste de pays suivant une courbe ascendante du moins ancré dans la dynamique de la globalisation au plus ouvert à l’échelle mondiale. L’Algérie se distingue encore une autre fois par son absence dans ce classement et fait partie du carré très restreint des pays qui demeurent en marge de cette mondialisation.    

Cette étude suscite un sentiment de consternation, un fort goût d’amertume que les lecteurs algériens sentiront quand ils s’apercevront que des pays voisins tels que le Maroc (classé comme le pays le plus globalisé en Afrique), la Tunisie où encore une multitude d’autres pays africains sont bel et bien présents dans ce classement mondial.    Les critères sur lesquels s’est basée cette étude sont : la dimension économique, la dimension sociale et la dimension politique. La première tient compte  d’une part, « de l’importance des flux commerciaux, d’investissements et de revenus transfrontaliers rapportés au produit intérieur brut (PIB) et, d’autre part, de l’impact des barrières commerciales et des restrictions de circulation des capitaux ».

La seconde dimension est, quant à elle, mesurée à l’aide de trois variables. Le premier englobe les contacts transfrontaliers personnels sous la forme d’appels téléphoniques et de courriers. Les flux touristiques et l’importance des populations étrangères résidentes sont également pris en compte. Le second recense les flux d’informations transfrontaliers à partir de l’accès à Internet, à la télévision et aux produits de presse étrangers. Le troisième tente d’évaluer l’adhésion culturelle aux grands courants mondiaux à partir du nombre de filiales McDonald’s et IKEA ainsi que des exportations et importations de livres rapportées au PIB ».

La dernière dimension a été calculée « à partir du nombre d’ambassades étrangères présentes dans un pays, du nombre d’organisations internationales dont le pays est membre, du nombre de missions de pacification de l’ONU auxquelles le pays a participé et du nombre d’accords bilatéraux et multilatéraux signés par le pays depuis 1945 ».

Au niveau du continent africain, on constatera la domination du Maroc qui est classé comme le pays africain le plus mondialisé, selon l’édition 2016 de cet indice. Le Maroc est aussi classé au 57ème rang mondial sur 192 États.

Plusieurs autres pays africains sont classés dans des positions respectables comme par exemple l’Ile Maurice (58ème à l’échelle mondiale) occupe le deuxième rang à l’échelle africaine, devant l’Afrique du Sud  (61ème au plan mondial),  l’Égypte (66ème), la Tunisie (81ème), les Seychelles (82ème), la Namibie (98ème), le Sénégal (99ème), le Nigeria (103ème ) et le Togo (106ème ).

Cet index souligne également les efforts consentis par les États pour ouvrir leurs économies respectives et dans ce sens on remarque la progression de  l’Égypte (+24 rangs), la Zambie (+16 rangs) et le Malawi (+9 rangs).

Il est légitime de s’interroger sur l’absence quasi constante de l’Algérie dans tout ce qui a trait à l’ouverture sur  le monde. L’équation est simple : face au pragmatisme, c’est toujours l’idéologie qui l’emporte. Une idéologie qui favorise l’enfermement et l’isolement.

Classement des pays africains dans l’indice de la mondialisation 2016 :

1-Maroc (57è à l’échelle mondiale)

2-Maurice (58è)

3-Afrique du Sud (61è)

4-Égypte (66è)

5- Tunisie (81è)

6-Seychelles (82è)

7-Namibie (98)

8-Sénégal (99è)

9- Nigeria (103è)

10-Togo (106è)

11-Ghana (108è)

12-Swaziland (109è)

13-Zambie (110è)

14-Gabon (112è)

15-Gambie (113è)

16-1lgérie (115è)

17-Djibouti (120è)

18-Côte d’Ivoire (121è)

19-Zimbabwe (122è)

20-Mauritanie (123è)

21-Mozambique (124è)

22-Libye (126è)

23-Burkina Faso (131è)

24-Ouganda (133è)

25-Congo (134è)

26-Malawi (135è)

27-Botswana (136è)

28-Kenya (137è)

29-Niger (138è)

30-Mali (139è)

31-Guinée (140è)

32-Rwanda (144è)

34-Cap Vert (145è)

35-Lesotho (146è)

36-Bénin (147è)

37-Madagascar (149è)

38-Cameroun (151è)

39-Sierra Leone (153è)

40-RD Congo (159è)

41-Angola (160è)

42-Liberia (166è)

43-Guinée Bissau (168è)

44-Tchad (170è)

45-Ethiopie (171è)

46-Tanzanie (174è)

47-Centrafrique (175è)

48-Soudan (179è)

49-Sao Tomé & Principe (183è)

50-Burundi (185è)

51-Comores (187è)

52-Guinée Equatoriale (190è)

53-Erythrée (191è) 

Article précédentUne découverte qui fait froid dans le dos/Pourquoi il faut avoir peur du virus Zika
Article suivantAprès les routes et les ronds-points/Ali Haddad s’intéresse aux universités