C’est un  véritable scandale sexuel qui avait bouleversé et secoué depuis 4 ans l’Office de Promotion et de Gestion Immobilière (OPGI)  de Blida.  Halil Rezki, le directeur adjoint de cet OPGI, a été filmé en flagrant délit d’harcèlement sexuel par sa victime, une jeune femme qui travaille dans l’administration. 

Cette femme subissait au quotidien un harcèlement sexuel des plus répugnants. La jeune femme avait décidé donc de piéger son agresseur pour saisir la justice. Cette vidéo, qui refait surface sur les réseaux sociaux en plein débat sur l’ampleur inquiétante des violences faites aux femmes, relate parfaitement les faits et montre les agissements inqualifiables de ce haut responsable qui se conduisait de manière très obscène en voulant plier sa subalterne à ses envies sexuelles.  Selon le réseau Wassila, une coalition de plusieurs associations Algériennes dont l’objectif de participer a une meilleure prise en charge et orientation de femmes et d’enfants victimes de toutes sortes de violences, la victime  avait déposé une plainte contre le directeur adjoint de l’OPGI. « Mais elle n’a nullement été entendue et a subi beaucoup de pressions pour abandonner son poste », dénonce la même source. La jeune femme a fini, effectivement, par démissionner de son poste et son harceleur a été acquitté par la justice. C’est dire que les algériennes demeurent désarmées face à leurs bourreaux et ce même si elles disposent de preuves accablantes. Nous prévenons nos lecteurs que cette vidéo est réellement choquante :