Un mouchard obligatoire pour diminuer le taux de mortalité routière

0
Advertisement

Des milliers de morts sur nos routes et l’état algérien a enfin décidé de prendre des mesures pour pallier à se problème qui cause chaque jours des centaines d’accidents graves à travers tout le territoire national.

Un petit appareil dit « mouchard » sera installé dans la majorité des transports de voyageurs et de marchandises, et les chauffeurs devront dorénavant s’y habituer. Car environ 300 000 véhicules de transport de marchandises de plus de 3,5 tonnes et 50 000 véhicules de transports de voyageurs de plus de 15 personnes devrait en être équipés, a indiqué Fella Aggad, chef de projet à PLS, représentant exclusif de Continental VDO a nos confrère d’El Wattan.

Quelle est son utilité ? Le chronotachygraphe dit « Mouchard » est un appareil électronique enregistreur de vitesse, de temps de conduite et d’activités (travail, attentes…) installé dans un véhicule de transport routier;  le total permettra de déterminer avec exactitude le temps de service assuré par le conducteur. Cette outils technologiques devrait permettre à l’état algérien de définir les principales causes des accidents de la route en Algérie.

Instauré par l’article 49 du code de la route (JO du 19 août 2001), le mouchard sera, en effet, officiellement lancé en Algérie le 7 octobre, par l’équipementier Continental VDO spécialiste mondial de l’électronique et de la mécatronique automobile et son partenaire algérien Poids Lourds Services (PLS), basé à Skikda.

Avec plus de 12 morts par jours liés aux accidents de la route, l’Algérie figure parmi les pays qui enregistrent le taux le plus élevé d’accidents de la route dans le monde. Ces accidents sont causés principalement par l’excès de vitesse, les dépassements dangereux, l’insouciance des piétons et le non respect de la distance de sécurité et la circulation sur la gauche, ainsi que l’état délabré des routes ajoute la même source.

Du ressort du ministère des Transports, l’instauration du chronotachygraphe, une première dans le Monde arabe et en Afrique, s’effectuera progressivement et sera accompagnée par le département de l’industrie et des mines via l’Office national de métrologie légale (ONML). «La mise en place du chrono est du ressort du ministère des Transports qui doit être accompagné par l’industrie (ONML) pour des questions pratiques. Elle sera graduelle pour absorber le parc concerné selon un calendrier à arrêter comme cela s’est fait pour le contrôle technique en 2003», explique Mme Aggad. Faciliter le contrôle des temps de conduite, veiller au strict respect du temps de repos quotidien et hebdomadaire des conducteurs devant être prescrits par les textes législatifs et combattre ainsi l’une des causes majeures des accidents de la route causés par les poids lourds, en hausse exponentielle, est l’objectif assigné à la mise en œuvre de l’obligation de les doter de ce type d’appareil.

Dans ce contexte, Est-ce que ces appareils vont fournir l’aide essentielle à l’état pour diminuer la moyenne de mortalité liée aux accidents de la route ? Ou est-ce un projet comme un autre qui ne sert pas forcément le peuple ? verdict à partir du 7 octobre prochain.

Chaoui A

Article précédentBientôt 52 600 nouveaux postes dans la fonction publique
Article suivantHandball : la 1ère journée du championnat reportée à la semaine prochaine