Le vice-Premier ministre, M. Noureddine Yazid Zerhouni, a affirmé mercredi à Alger que les autorités publiques n’ont jamais pris de décisions, au titre de l’état d’urgence, qui ont « réduit » ou « limité » les libertés individuelles et collectives. « Nous n’avons jamais pris de décisions au nom de l’état d’urgence qui réduisent, limitent ou portent atteintes aux libertés individuelles ou collectives », a déclaré M. Zerhouni à la presse en marge de la cérémonie de clôture de la session d’automne de l’Assemblée populaire nationale (APN), ajoutant que « la levée de l’état d’urgence n’est pas actuellement à l’étude ». « Existe-t-il en Algérie, aujourd’hui, un prisonnier politique », s’est interrogé M. Zerhouni, mettant en exergue la liberté dont jouit la presse. « Les journalistes écrivent ce qu’ils veulent et sans censure », a-t-il fait valoir.

APS