Yacine Brahimi, le feu follet

0
249

Étincelant ! Voilà un adjectif qui sied comme un gant à Yacine Brahimi.

Les amoureux de football ne sont surement pas restés indifférents face à la nouvelle sensation de Porto. Sous ses airs juvéniles et du haut de son mètre soixante-et-onze, le milieu du FC Porto fait preuve d’une isolante réussite depuis le début de la saison. Décrit par ses proches comme étant un joueur serein et tranquille dans son esprit, sur le terrain, Yacine Brahimi est un tout autre personnage. Explosif, énergique, bouillant, insaisissable, c’est un véritable poison pour ses adversaires. La défense de l’Atletico Bilbao doit garder un mauvais souvenir de sa défaite à domicile face au FC Porto (0-2) en Ligue des Champions mercredi dernier. Yacine Brahimi avait réalisé un superbe numéro, offrant sur un plateau le premier but à Jackson Martinez après un débordement de trente mètres sur le côté gauche, enrhumant au passage trois défenseurs (55e), avant de marquer le second but à la 73e, profitant de l’erreur du gardien. Le natif de Paris a aussi fait une entrée fracassante en Ligue des Champions en inscrivant un triplé historique dès le premier match face au Bate Borisov (6-0).

Meilleur dribbleur, devant Ronaldo et Messi

Véritable feu follet, le milieu algérien n’a de cesse de progresser et d’illuminer les terrains de football à chaque apparition depuis sa Coupe du Monde avec les Fennec au Brésil. Événement qui l’a véritablement propulsé sur le devant de la scène mondiale. Formé au PSG avant de signer son premier contrat professionnel en 2008 avec le Stade Rennais – où il connaît des débuts difficiles – le jeune milieu décide de s’exporter à Grenade. Ses performances explosent alors jusqu’à être nommé meilleur dribbleur de Liga 2013-2014, coiffant au poteau les deux meilleurs joueurs du championnat Ronaldo et Messi, avec en moyenne plus de cinq dribbles réussis par matches. Depuis, sa cote n’en fini plus de grimper.

Comme tous les grands footballeurs l’ont dit, le disent et le diront, Yacine a toujours eu depuis l’enfance un ultime rêve en tête : percer dans le monde du football et devenir un grand parmi les grands. « Chaque début d’année [à l’école] ils nous donnaient un papier et nous disaient qu’est ce que vous voulez faire plus tard ? Et moi je mettais footballeur et tous les profs me disaient, mais non ça ce n’est pas possible », a-t-il un jour confié. Pour les passionnés, les ambitieux et les convaincus, l’impossible ne fait pas parti de leur vocabulaire.

Et le jeune Yacine a bien fait de s’accrocher à ses rêves et de pas nous priver de son génie. Ses derniers matches sont un pur régale ! Technicien, rapide, excellent frappeur, Brahimi a du feu dans les jambes. En témoigne son dernier but lors de la 9e journée du championnat, sorti de nulle part et offrant la victoire au FC Porto contre le Nacional Funchal (2-0). Un enchaînement de dribbles et de crochets conclus part un coup de canon en pleine lucarne flashé à 97km ! Ses réalisations sont partagées, visionnées et commentées des milliers de fois sur les réseaux sociaux.

Successeur de Madjer ?

Son talent fait l’unanimité chez les professionnels et les amateurs qui s’accordent pour dire qu’une grande carrière l’attend. Toujours sur les réseaux sociaux, tous saluent son talent et voient en lui le successeur tout trouvé du triple tenant du titre de meilleur joueur africain, Yaya Touré. C’est anecdotique de constater que le dernier joueur algérien à avoir remporté cette distinction il y a plus de 20 ans n’est autre que l’emblématique attaquant Rabah Madjer, évoluant lui aussi au FC Porto lorsqu’il a été récompensé à deux reprises. Yacine Brahimi semble avoir les épaules pour assumer ce digne héritage laissé par Madjer, toujours considéré aujourd’hui comme l’un des meilleurs que le club ait compté dans ses rangs.

Le dossier Brahimi est sans nul doute en tête sur la pile des recrues potentielles du mercato d’hivers sur les bureaux des plus grands clubs européens. De quoi donner une nouvelle dimension à ce joueur en rejoignant un club à la hauteur de son talent.

Aux dernières nouvelles, il serait, entre autre, dans le viseur du PSG et du Real Madrid. A ce sujet, l’intéressé s’est contenté de répondre à la presse lusitanienne en ces termes : « Une proposition du PSG en janvier ? Je ne peux pas vous en parler. Vous devriez demander à mon agent. (…) Je veux marquer autant de buts que possible pour mon équipe. Je me concentre sur mes performances avec Porto. »

Pour s’offrir les services du jeune prodige, le FC Porto avait déboursé 6,5 millions d’euros. La plus-value en cas de transfert serait extrêmement intéressante pour Porto. Une marque de fabrique pour un club réputé pour sa stratégie de recrutement imparable. Dénicheur de pépite, le FC Porto compte à son actif un florilège de joueur achetés pour quelques millions puis revendus à prix d’or à l’image de Deco, Ricardo Carvalho, Lucho, Lisandro, Hulk, Falcao, et plus récemment le jeune James Rodriguez.

Le match retour de Ligue des Champions le 25 novembre prochain contre le Bate Borisov sera une formalité pour Brahimi et ses coéquipiers qui l’avaient emporté 6-0 à l’aller. L’occasion pour le jeune milieu de briller un peu plus et se faire plaisir dans un match sans danger.

Yacine Brahimi est en train de s’écrire une très belle histoire en lettres d’or dans la bible du football. Star incontestable en Algérie, son destin de joueur en Europe semble être éclairé par une bonne étoile.

Samia Benyounes