La 5è édition de la Fête du tapis d’Ath Hichem, village de Kabylie situé tout près du massif du Djurdjura, qui devait avoir débuté jeudi, et se prolongeait jusqu’au lundi 1er septembre, n’a finalement pas eu lieu. 

Le CEM Amar Ath Cheikh, au village Ath Hichem, en haute Kabylie, qui devait abriter les nombreuses activités prévues dans le cadre de la 5è édition de la Fête du tapis, était désert à notre arrivée sur les lieux, jeudi matin. Cette manifestation organisée dans la commune d’Ath Yahia, à 60 km au sud-est de Tizi Ouzou, annulée ou reportée, au grand dam des artisans et professionnels du domaine. Une déprogrammation qui fait également des milliers de citoyens malheureux, eux qui ont participé aux éditions précédentes.

Le village d’Ath Hichem, qui a gagné la réputation de la capitale du tapis en Algérie, s’est donc vu privé de sa fête, tant attendue. Ce rendez-vous, qui commençait à prendre de l’ampleur ces dernières années, est devenu incontournable, en l’espace de peu de temps seulement. L’année dernière, à l’occasion de la 4è édition, pas moins de 90 tisseuses ont pris part à cette fête, en exposant leurs produits et partageant les secrets de leur savoir-faire, devant un public ravi.

Les habitants d’Ath Hichem, interrogé jeudi, indiquent que l’édition de cette année n’est pas annulée mais reportée à une date pas encore déterminée. Contacté à plusieurs reprises au cours de la journée par la rédaction d’Algérie-Focus, le responsable de la Fête du tapis est resté injoignable. Même chose du côté de l’APC d’Ath Yahia. Nos nombreuses tentatives de les joindre par téléphone jeudi se sont soldées par un échec.

A.IBERSIENE

Article précédentRevue de presse. Islam : Le végétarisme est-il halal ?
Article suivantEssais nucléaires dans le Sahara : Le silence complice de la France et de l’Algérie